Maitre Dao

 

portrait-1.jpg

 

Le fondateur

Né en 1950, L'année du tigre, Maître DAO DAN à été initié aux arts martiaux indochinois (styles taoïstes) par son père, puis par les amis de son père : THIET, LHIEN, LEE. Plus tard , il eut le privilège de travailler avec Maître N'GUYEN HOANG-LUONG et l'entraîneur N'GUYEN HOANG -SON, Disciples directes des Maîtres N'GUYEN HOANG-DINH, N'GIEM AN-THACH, N'GUYEN VAN-LONG de l'école de boxe chinoise de LAM-SOM, VIETNAM (styles bouddhistes).

 

 

Le signe du destin

En Juin 1966, Il est percuté par un automobiliste, laissé pour mort au bord de la route. Il sort du coma quelques temps plus tard avec une paralysie du bras droit et un membre inférieur sérieusement handicapé Après sa sortie de l'hôpital Edouard Herriot de Lyon, il est sauvagement agressé dans la rue par des voyous.

 

 

L'essence du Dao Shu

Considérant cette épreuve comme un signe du destin, il tire les enseignements de cette réalité et cherche à combler le fossé qui existe entre un enseignement visant la compétition sportive structurée et la violence agressive déstructurée, d'individus que l'on rencontre parfois dans une existence. Fort de son expérience il découvre que seul le mental est la clé de la survie, c’est la raison pour laquelle l’art martial eurasien ouvre les portes de sa philosophie. Quand le geste s’harmonise à l’esprit, tout devient clair….Un changement de comportement s’opère, l’assurance s’intensifie, la personnalité s’épanouie…La philosophie eurasienne et l’art martial eurasien ne font qu’un, la réalité de l’instant présent est mieux maîtrisé…La pensée guide le geste et le geste guide la pensée…l’entraînement devient un mouvement parfois visible, parfois invisible, mais toujours constant…C’est une longue marche vers un savoir qui tient compte du mouvement environnant, une adaptation à la vie et son rythme ou les questions deviennent des réponses…

 

 

 

Réflexion du Maître

"Loi naturelle ou principe divin, tout être s'affaiblit avec le temps." Ne pouvant éviter cette réalité, il faut composer avec cet aspect inéluctable de la vie." Dans notre art, nous pratiquons l'anti-agression, pas le combat sportif. Le combat est un jeu avec des rituels. L'agression est un crime pratiqué sur des victimes toujours plus faibles. C'est pourquoi l'agresseur est la principale cible de notre art. "On ne construit pas sur le mensonge", l'homme supérieur n'existe pas. Tous les êtres, sans exception, usent leur apparence avec le temps , le temps qui est un des principaux éléments perturbateurs et incontournables des plus grandes illusions de l'homme. Pour cela, nous pratiquons le Dao Shu. Cet art martial contemporain est spécialement adapté à tout être conscient que l'humain est de constitution vulnérable et qu'il doit intelligemment combler ses perditions psychosomatiques naturelles afin de prolonger son efficacité et son rayonnement personnel.


 Art Martial Universel

Un art martial intelligent, réservé à l’élite des non violents.

Ceux qui désirent exister avec la non violence dans ce monde agressif.

Ceux qui ont fait le choix de la maîtrise à portée de main, au cœur de la science martiale.

Bien protéger son existence est à la porté de tous les non violents.

Les agresseurs utilisent différentes techniques d’approche, qui s’échelonnent du charme à la violence directe. Aujourd’hui nous pouvons décrypter et faire face à la majorité des situations existantes. Notre méthode était jusqu’alors enseignée aux professionnels. Après avoir constaté son efficacité sur plusieurs décennies, nous avons décidé de l’enseigner aux personnes non violentes. La non violence ne doit pas se cacher derrière la résignation ou des paroles prononcées depuis des endroits bien protégés…

Il faut descendre dans l’arène du quotidien, pour saisir l’importance des actes de survie face aux agressions de plus en plus violentes dont notre époque est championne, banalisant les faits divers les plus atroces, dont certains restent souvent impunis, laissant les victimes dans leur souffrance.

Nous avons décidé de réagir devant cette insouciance sociale, en apportant des réponses préventives efficaces. Dans notre art martial non violent, nous avons créé et porté au plus haut niveau depuis 1970 nos méthodes de ‘Self-Psychodéfense’ et ‘Close-Psychocombat’. Nous avons innové avec la ‘Défense Proportionnelle’ et ‘l’Armobjet eurasien’, un style de riposte et de survie, invisible au néophyte, avant tout contact physique. Quand  à notre philosophie, elle est eurasienne, elle se veut réaliste.